Texte de Mésange
D'où je viens
Deux souffles se sont mêlés un soir de mai,
murmures d’amour, ventre fécondé.
Deux souffles, l’un slave, ardent, pétillant,
L’autre montagnard, secret, puissant.

Deux terres se sont interpénétrées,
Deux peuples dans leur fiertés distinctes,
L’un, installé sur un sol d’accueil,
Constamment en alerte dans le secret de son âme,
Puis chassé au cours d’une guerre sanglante.
L’autre, profondément enraciné dans sa vallée,
Sa sensibilité enfouie dans le secret de son âme
Endurcie par l’âpreté du climat et des conditions de vie.

Une fille est née de leurs souffles mélangés,
Un jour d’amour, le jour de la Saint-Valentin.
Elle porte en elle toutes ces traces,
toutes ces ressemblances et ces dissonances.


Je me suis souvent demandé quelles étaient les influences du passé qui agissaient sur ma vie, quels gènes mes aïeux m’avaient-ils transmis à travers mes parents, quelles empreintes avaient-elles laissées en moi ces pierres et ces terres de mes ancêtres, dans lesquelles pénètrent profondément mes racines, substances nourricières premières.